Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amiPlan du site
ÉDITIONS la tête à l'envers , Association loi 1901
Vign_couv_bonne_fete_Envoi

BONNE FÊTE MAMAN ! De Dip et Philippe Thémiot

Inaugurant une nouvelle collection de la tête à l’envers, « gourmandise », voici un livre iconoclaste et qui fait preuve d’une belle liberté réjouissante.

Celle des dessins de Dip, artiste protéiforme, entre Sempé et Reiser, et celle des textes de Philippe Thémiot, décalés dans le ton, leur style élégant très dix-huitième siècle, pour dire une relation mère-fils, truculente, irrévérencieuse et tendre à la fois.

Imaginaire débridé, parfois scabreux mais jamais vulgaire, et trait vif, maîtrisé des dessins dont les textes de Philippe Thémiot nous donnent à voir, dans un va-et-vient curieux, les détails les plus déjantés qui soient.

117 pages

ISBN : 979-10-92858-12-9

Prix : 16,50 euros

"La solitude de l'horizon" D. SIERRA
La solitude de l'horizon

Louise et Vincent.se rencontrent dans un cimetière. Début d’une relation où la violence de ce qui est perçu mais ne peut être dit les enlise comme dans un sable mouvant, là où tout se confond, entre angoisse et désir de s’y immerger.
Malgré sa rumeur de berceuse avortée, sa douceur mélancolique, sa plainte et son consentement, il est question dans ce livre retenu comme une tragédie classique, d'une perte irréparable, des ravages causés par la disparition du “cygne”qui ne reviendra que pour accompagner l'ultime envol. Tableau de l'incommunicabilité entre les êtres et des passions que cela déchaîne.
Pour Louise, effrayante solitude de l'enfance privée d'une tendresse essentielle. Vincent – lui-même abandonné –, ses débordements, ses appels, son impuissance... pour découvrir à la fin cette tendresse maternelle, insoupçonnée, qui jaillit de lui et rend à celle qui s'en va la douceur perdue. Retour du cygne aux portes de la nuit.
L’auteur décrit la traversée de la plus terrible solitude, cette étrangeté d'être au monde quand toutes les fontaines se sont taries.

« Elle entend la douceur du chant. C’était il y a si longtemps ! Elle l’avait oubliée, la douce voix de sa mère, comme elle avait oublié les gestes tendres de celle qui la langeait, lui donnait son bain, l’entourait de bonté et de tendresse. Et tandis qu’elle glissait vers la ligne d’horizon, là où la terre rejoint le ciel, elle se souvenait de ces temps anciens où elle avait été aimée, si lointains qu’elle ne pouvait les retrouver que par bribes.
Si lointains… Et pourtant, ils avaient existé, elle le savait maintenant. »

L’auteur : Dominique Sierra a été psychanalyste. « La solitude de l’horizon » est son 3ème livre. Elle a déjà publié Ailleurs, l’impasse… à L’Atelier du gué, et Un couloir infini aux éditions la tête à l’envers.

Genre : roman
Aspects techniques :
110 pages
Format : 110x190
Prix : 14, 00 €
ISBN : 979-10-92858-04-4
Distribution assurée

Revue : Les Lettres de la SPF, article de J. Robinet sur "La solitude de l'horizon"
Vos yeux d'absence
Vign_couv_Spiemann

Le roman :

   Un homme se souvient. Dans le désordre de sa mémoire,  l’image    obsédante du regard de trois femmes qui ont marqué sa vie.

 Trois regards qui s’entrecroisent, se chevauchent et   s’entremêlent. Comment pourrait-il se repérer dans le dédale de ces regards qui   le fascinent, qu’il ne cesse d’interroger et auxquels il ne peut se soustraire, tant il est prisonnier de cette « passion du regard » ?

 C’est dans l’anarchie de ses souvenirs qu’il tente de trouver des réponses : celles qui lui permettraient de s’approprier les moments marquants de son existence pour en retrouver le goût et le plaisir.

 

L’auteur :

Claude Spielmann est psychanalyste, membre du Cercle Freudien. Il a publié de nombreux textes dans différentes revues et livres collectifs en France et au Québec. Il a dirigé un numéro spécial de la revue Panoramique : Cent ans de Divan. Il a dirigé également le livre : Jacques Hassoun… de mémoire, actualité de la transmission (Éditions Érès) et codirigé le livre : Jacques Hassoun, Extraits d’une œuvre (L’Harmattan)

 

Aspects techniques :

format : 140x200

pages : 147

ISBN : 979-10-92858-02-0

prix : 16 euros

 

 

 

 

"Ai nostri desir" M.F.Vieuille
Vign_couv_ai_nostri_desir_pour_envois

11 nouvelles habitées de la passion de la musique, 11 nouvelles pour dire la violence, l’incommunicabilité, la cruauté parfois...
En effet, tel un opéra, le climat de ces nouvelles est traversé par des sentiments violents, enracinés dans les échos d'un passé dont le lecteur ne connaît pas toujours les motifs. Monte alors une inquiétude sourde, l'intuition d'un malheur imminent.
Et ce qui dormait s'éveille...
Merveilleuse douleur, oui. . .

Secrète et sonore, âpre et tendre, la langue est ici traitée comme un chant lyrique.

Marie-Francoise Vieuille vit dans les Landes. Elle est l’auteur de" Mozart ou l’irréductible liberté" (PUF, 2001, réédité en 2006 au Castor Astral)et d’un "Essai sur l’art lyrique, Opéra merveilleuse douleur" (L'Harmattan, 2007).

 

120 p.

format : 110x190

15 euros

ISBN : 979-10-92858-01-3

Je ne suis pas d’ici

Berta Roth

 

Octobre 2013

L’ouvrage : C'est le récit d'une errance. D'exil en exil, la narratrice, que la sanglante dictature militaire avait forcée à quitter l’Argentine, son pays d’origine, se retrouve en Europe d'où ses parents avaient dû fuir à cause de la persécution nazie.

Errance entre des lieux, entre des langues, entre le passé et ce qu'il fallait oublier.

 

Mais l’oubli a sa propre mémoire dit l’auteur de ce récit qui provoque une réflexion sur des thèmes aussi divers que la langue maternelle, (qu’elle appelle langue naturelle) la langue d’emprunt, ou encore ce qu’elle a appelé, dans un essai psychanalytique, l’exil-des exils : l’exil de la narratrice venant redoubler et exacerber de nouveau les souffrances de l’exil parental…

L’auteur : Berta Roth, d’origine argentine, est psychanalyste et créatrice de formes scéniques. Elle a publié de nombreux articles dans des revues littéraires et psychanalytiques, ainsi que des essais L’exil-des exils, et Dans le silence des mots.

 

Aspects techniques :

 

125 pages

Format : 14x20

Prix : 14,5

ISBN : 978-2-9542178-6-4

 

(cf l'article de Michel Plon dans La Nouvelle Quinzaine Littéraire du 1er au 15 mars 2014 N° 1100)

 

 

Vign_couv-27-dec-copie-2

Décembre 2012

Silence on chute
ou l’agaçante histoire de
Granpoisse de Saint
Exaspéré (et son avion qui tombe tout le temps)


Pierre Semet

Illustrations de Marc Sierra

 A bord de son avion, Granpoisse n’en finit pas de chuter, à son plus grand énervement et pour la plus grande joie du lecteur ; car là où il choit, l’immense désert du Sahahahara, il n’y a pas que du sable et des dunes mais toute une faune bien allumée : un bibendum graisseux demande qu’on lui cuisine un mouton ; une secte entreprend de pelleter le sable avec une cuillère…à désert, deux aristocrates – l’oléoduc et le gazoduc – sont à la recherche de précieuses gouttes d’eau, sans parler de la tribu des Autruchiens qui mènent de curieuses activités souterraines.
Le désert va s’égayer encore avec la tonitruante arrivée de Marypipeline et Franck Sinistra avec apothéose Dior et champagne.
Au milieu de ce raffut, Grandpoisse aura grand peine à réparer son avion.

Histoire délirante à l’imagination débridée, voilà un texte gourmand de plaisir et de gaieté et porté par une écriture rythmée, loufoque et inventive.

Les illustrations de Marc SIERRA jouent elles aussi avec l’absurde et le burlesque et nous portent à rêver…

L’auteur : Accordeur défroqué, ex-conseiller d’orientation, responsable de Centre de formation, directeur de CIO trop peu perméable à l’esprit de sérieux pour rester en fonction plus de dix ans, il a tout plaqué pour devenir réalisateur documentariste.

Tout plaqué, sauf l’écriture.

Aspects techniques :
Format : 140x200
ISBN : 978-2-9542178-2-6
Nombre de pages : 128
Prix : 16,00 euros

deux des illustrations de M.Sierra
le désensableur
vign_desensableur_01
le Bibendum
vign_page_13_copie
Instants...

Annie Guérin

Instants...

 

Toute en délicatesse et discrétion, Annie Guérin saisit de brefs instants de vie, de la naissance à la mort.
Comme Marie Desplechin l’écrit dans sa préface, « de l’expérience ordinaire de tristesse, de la crainte et de la douleur, [elle] fait un jardin caressé par les pluies, le soleil et le vent, que peuplent les figures fragiles de gens qui nous ressemblent et qu’elle saisit dans l’éternité de l’instant. »
Ces instants de la vie, qu’ils soient heureux, tristes ou douloureux, l’auteur nous les dit dans une langue simple et limpide à la fois qui signe des textes empreints d’humanité.

Annie Guérin a été professeur de lettres.
Bénévole dans une association en milieu hospitalier, elle habite Nevers.

99 pages
Format : 11x19 cm
ISBN : 979-10-92858-05-1
Prix : 14 €

La mer est belle en hiver

Michel Chastaing                                   

 avril 2013

La mer est belle en hiver 

Michel Chastaing

 

Une rencontre, un lundi, dans un café de Paris.

 

Ugo et Agnès vont vivre une histoire d’amour que chacun raconte à sa manière : c’est le récit d’Ugo qui ouvre le roman.

Histoire banale, en apparence. Mais des discordances se mêlent peu à peu au tableau idyllique d’un nouvel amour, des incohérences dans l’attitude d’Agnès, des sautes d’humeur inexplicables, puis des omissions, des mensonges…

 Le doute s’installe, la question lancinante : qui est Agnès ? Qui est cette femme, que veut-elle, ne va-t-elle pas disparaître comme Clara deux ans auparavant ?

Dans la deuxième partie, c’est Agnès qui raconte. L’écriture, lente pour Ugo, se fait brève, plus incisive. Ugo regardait le monde, Agnès dit son appétit de vivre.

Un pan de la vérité se dévoile et révèle la violence de la situation, enracinant l’histoire dans le thème de la disparition, brutale, incompréhensible, inacceptable – la disparition qui est sans doute le maître-mot du roman.

 

L’auteur : Né à Paris, Michel Chastaing vit maintenant à Nevers. Il a écrit des nouvelles et publié un roman, …des fruits déguisés, pour lequel il a reçu le prix Découverte.

 

Genre : Roman

 

Aspects techniques :

 

189 pages

Format : 14x20

Prix : 16€

ISBN : 978-2-9542178-4-0

                  

Jean-Claude Guillaume

Stéphane Borensztajn :

Le baiser de l'étrange

Quel dégoût ou quelles peurs devant ces photos d’insectes dont les parties sont démesurément agrandies !

C’est en poète que Jean-Claude Guillaume nous entraîne dans cet univers où l’infiniment petit nous trouble autant que l’infiniment grand. En psychanalyste, il s’interroge sur l’angoisse qui nous envahit devant l’étrangeté de ce qui ne nous ressemble pas, et sur quoi se focalisent nos fantasmes infantiles les plus archaïques.

 

 

L’auteur :

Pédopsychiatre, psychanalyste, Jean-Claude Guillaume écrit régulièrement dans le Journal de la Psychanalyse de l’Enfant dont il est par ailleurs membre du comité éditorial. Il habite à Nevers.

 

Le photographe :

Stephan Borensztajn est spécialiste en microscopie électronique à balayage (MEB). Le MEB ne permettant pas de restituer les couleurs, il les a rajoutées grâce aux outils numériques.

 

Aspects techniques :

59 pages

Format : 14x20

ISBN : 978-2-9542178-8-8

Prix : 13 euros

 

Vign_couverture_du_roman_Un_couloir_infini_Copie

Un couloir infini
Dominique Sierra
Juin 2012
L’ouvrage : Vous est-il arrivé d’enjamber quelque chose d’indéterminé, un corps peut-être, dans le couloir de votre appartement ? De suspecter votre mari de faire frire des bébés à la poêle ? Non… ? Pourtant, c’est ce qui arrive à la narratrice, réfugiée dans sa cuisine et dont l’esprit vagabonde dans les contrées de l’absurde, du fantasme, des souvenirs aussi, cruels ou tendres. Une évocation assez ravageuse de la vie de couple, une plongée caustique dans l’intimité et les pensées d’une femme. Un huis clos à tiroirs, à couloirs plutôt…
L’auteur: Dominique Sierra est installée dans la Nièvre depuis une vingtaine d’années. Après des études de Lettres Classiques, elle s’est consacrée à la psychanalyse.
Elle a publié des nouvelles, « Ailleurs, l’impasse » à l’Atelier du Gué.
« Un couloir infini » est son premier roman.
Genre : Roman
Aspects techniques :
144 pages
Format : 14x20
Prix : 15 €
ISBN : 978-2-9542178-3-3

 

(cf. L'article de Bernard Sesé dans la revue SIGILA N°31 , printemps-été 2013)

© 2014