Maison de poésie

inscription à la newsletters

Immense poète grec du XXè siècle, prix Nobel en 1963, de son vrai nom Georges Seferiadis, il naît de parents grecs à Smyrne, dans l’Empire ottoman, le 13 mars 1900.

Georges Séféris n’a cessé de célébrer la beauté de son pays, sa lumière, sa langue.

Mais il dit aussi la douleur, le déracinement, l’errance loin de la terre natale, ce déchirement de l’exil vécu dès son enfance et plus tard, en particulier lors de la Seconde Guerre mondiale.

D’une puissance rare, son œuvre est tout autant enracinée dans l’héritage culturel grec – la mythologie, la lecture d’Homère et des « tragiques grecs » – que dans les grands bouleversements qu’a connus la Grèce de son époque : les massacres de Smyrne où il était né, perpétrés par les Turcs, les dictatures (celle de Metaxas de 1936 à 1941, puis celle dite « des Colonels » qu’il a vécue de 1963 jusqu’à sa mort), mais aussi les guerres, dont la seconde qui l’a mené en exil avec le gouvernement de son pays.

Il meurt le 20 septembre 1971.

Le lendemain, une foule immense suit son cercueil dans les rues d’Athènes, entonne son poème Reniement mis en musique par Mikis Théodorakis dont l’œuvre est interdite par la junte au pouvoir : elle  transforme ainsi les obsèques du poète en une grande manifestation contre la dictature.

 

A La tête à l'envers : 

Entre la vague et le vent

Copyright 2018

tous droits réservés