Maison de poésie

inscription à la newsletters

Louise et Vincent.se rencontrent dans un cimetière. Début d’une relation où la violence de ce qui est perçu mais ne peut être dit les enlise comme dans un sable mouvant, là où tout se confond, entre angoisse et désir de s’y immerger.
Malgré sa rumeur de berceuse avortée, sa douceur mélancolique, sa plainte et son consentement, il est question dans ce livre retenu comme une tragédie classique, d'une perte irréparable, des ravages causés par la disparition du “cygne”qui ne reviendra que pour accompagner l'ultime envol. Tableau de l'incommunicabilité entre les êtres et des passions que cela déchaîne.
Pour Louise, effrayante solitude de l'enfance privée d'une tendresse essentielle. Vincent – lui-même abandonné –, ses débordements, ses appels, son impuissance... pour découvrir à la fin cette tendresse maternelle, insoupçonnée, qui jaillit de lui et rend à celle qui s'en va la douceur perdue. Retour du cygne aux portes de la nuit.
L’auteur décrit la traversée de la plus terrible solitude, cette étrangeté d'être au monde quand toutes les fontaines se sont taries.

 

 

Dominique SIERRA La solitude de l'horizon 

Extraits

 Lecture d'extraits par l'auteur

Critique du livre par Jacques Robinet

Copyright 2018

tous droits réservés