Maison de poésie

inscription à la newsletters

Τὸ αἷμα σου πάγωνε κάποτε σὰν τὸ φεγγάρι, 

μέσα στὴν ἀνεξάντλητη νύχτα τὸ αἷμα σου

ἅπλωνε τὶς ἄσπρες του φτεροῦγες πάνω

στοὺς μαύρους βράχους τὰ σχήματα τῶν δέντρων καὶ τὰ σπίτια

μὲ λίγο φῶς ἀπὸ τὰ παιδικά μας χρόνια. 

 

Ton sang se glaçait parfois comme la lune,

dans la nuit sans fond ton sang

déployait ses ailes blanches sur

les rochers noirs l’ombre des arbres et les maisons

avec un peu de la clarté de nos années d’enfance.




Jours de juin 41*


La nouvelle lune s’est levée sur Alexandrie*

tenant la vieille lune dans ses bras *

et nous, faisant route vers la Porte du Soleil

dans les ténèbres du cœur – trois amis. *


Qui s’avise à présent de se baigner dans les eaux de Protée ? *

La métamorphose nous l’avons cherchée dans notre jeunesse

avec nos désirs qui s’ébattaient comme de gros poissons

dans des mers qui ont soudain rétréci ;

nous croyions à la toute-puissance du corps.

Et à présent la nouvelle lune s’est levée la vieille lune

dans ses bras ; et la belle île*saigne

blessée ; l’île paisible, l’île forte, innocente.

Et les corps comme des branches cassées

comme des racines déracinées.

Notre soif,

sentinelle à cheval* pétrifiée

devant la sombre porte du Soleil,

ne sait que demander : elle se tient aux abois

abritant son exil ici, quelque part

près de la tombe d’Alexandre le Grand.*



Le messager*


nous l’avons attendu trois ans

scrutant au plus près

les pins le rivage les étoiles.

Unis au soc de la charrue, à la carène du navire,

nous cherchions à retrouver la première semence

afin que recommence le drame très ancien.


Nous sommes rentrés brisés dans nos foyers

membres rompus bouche écorchée

par le goût de la rouille et du sel.

Au réveil nous avons voyagé vers le nord, étrangers

enfouis dans les brumes d’ailes immaculées des cygnes*

qui nous blessaient.

Les nuits d’hiver les rafales du vent d’est

nous affolaient

les étés nous égaraient dans l’agonie des jours qui n’en finissaient

pas d’expirer.


Nous avons rapporté

ces ciselures d’un art modeste

Copyright 2018

tous droits réservés