Maison de poésie

inscription à la newsletters

Apaise-toi

Voici le temps venu

de trouver d’accepter

d’autres lumières

vers d’autres terres

 

 

Partir en cette absence

à la racine du vent

Quoi de soi-même

et de la route menée

espérer ?

 

Partir au plus profond silence

enfoncer son visage

parmi les algues sombres

 

Peu importe la nuit

il faut nager plus loin

 

Partir avec confiance

spirales du soir descendu

s’y dissoudre

pour oublier le jour

 

Peu importe ce vide

puisqu’il faut s’y résoudre

Tu es revenue ce soir

à l’angle du jardin

pour t’adosser au mur

en prendre la mesure

 

Les ultimes rayons

modifient ton regard

laissent apparaître aux failles

l’empreinte de l’usure

 

Tu devrais y porter

quelques soins déplacer

les cailloux entassés

puis songer aux semailles

 

Noires étoilées de vert

aux épines sans nombres

les ronces absorbent l’ombre

effacent le chemin

 

– Ici le temps s’ordonne

si le cœur ne pardonne –

le bleu du ciel s’efface

dans le creux du jardin

 

En saisir quelques traces

pour y plonger la main

recueillir des fragments

en éclairer l’instant

 

Bleu éclaté aux murs

où les mots se dérobent

la lézarde s’insère

au profond de la chair

Copyright 2018

tous droits réservés