Maison de poésie

inscription à la newsletters

"Dites-moi, ce regard perdu parmi les branches,

Et ces yeux égarés dans l'ombre qui s'élance,

          De quoi sont-ils le lieu,

          Et d'où jaillit leur source ?"

 

"Nous avancions obscurs dans le pays des rêves,

L'instant s'y confondait avec le bruissement

           Du feuillage, et le chant

           D'un oiseau dans l'air noir."

 

ou encore :

 

"Ce n'était qu'un murmure.

Un souvenir brûlant,

 

             Posé comme un oiseau

             Sur la raie de lumière,

 

A laissé son empreinte

Ou celui d'un sourire."



Autoportrait à l’épaule nue



Là j’avois mis le but de ma douleur… 

Louise Labé

Ce ne sont pas les ronces,

Ni la mort, ni les sables brûlants,



Ni la vitre brisée, ni la pierre frêle

Dont vous fûtes blessée. Mais c’est vous qui parlez.



Le visage n’est plus que souffrance inhumaine,

Déchirure d’une valse inconnue.

Au-delà de toute douleur, vengeance nue, Magique, de ce regard sans faille.



Rien ne fait plus défaut

Aux ailes invisibles du goéland des îles,



Aux lèvres sans savoir qu’un murmure de feu

N’est qu’une éternelle musique.



Le vent déchire son errance, m’emporte malgré moi

Aux orties, aux pierres, aux branches.



Et cette bouche qui hurlait,

Des mots aux terribles silences,



Aux feuilles de l’automne

Patientes, profondes, partout.


Egon Schiele, Autoportrait à l’épaule nue

Huile sur papier, 1912


Copyright 2018

tous droits réservés