Maison de poésie

inscription à la newsletters

Voici une œuvre au double langage plastique et verbalEnvironnés de nature, textes et sculptures se côtoient, s’appellent, se répondent. Les paroles viennent ici non par explication, non en commentaire, mais comme une lumière de biais jaillie du même paysage intérieur. Portraits douloureux ou inquiets, reconnaissance de la fêlure intime, corps tendus en une série de mouvements dont l’équilibre tient parfois de la gageure, chair généreuse de femmes qui dansent, nagent, tombent ou lévitent, sensualité parfois teintée d’humour, il y a dans ce recueil tout à la fois une vitalité magnifique et une âpre tension spirituelle, car « De perte en perte, de mort en résurrection/et jusqu’à la dernière qui se dérobera/vous cherchez l’aile de la consolation. »

 

Frédérique Thomas  L’entaille 

 

Extraits

Copyright 2018

tous droits réservés