Maison de poésie

inscription à la newsletters

Une rencontre, un lundi, dans un café de Paris.

 

Ugo et Agnès vont vivre une histoire d’amour que chacun raconte à sa manière : c’est le récit d’Ugo qui ouvre le roman.

Histoire banale, en apparence. Mais des discordances se mêlent peu à peu au tableau idyllique d’un nouvel amour, des incohérences dans l’attitude d’Agnès, des sautes d’humeur inexplicables, puis des omissions, des mensonges…

 Le doute s’installe, la question lancinante : qui est Agnès ? Qui est cette femme, que veut-elle, ne va-t-elle pas disparaître comme Clara deux ans auparavant ?

Dans la deuxième partie, c’est Agnès qui raconte. L’écriture, lente pour Ugo, se fait brève, plus incisive. Ugo regardait le monde, Agnès dit son appétit de vivre.

Un pan de la vérité se dévoile et révèle la violence de la situation, enracinant l’histoire dans le thème de la disparition, brutale, incompréhensible, inacceptable – la disparition qui est sans doute le maître-mot du roman.


Michel CHASTAING La mer est belle en hiver 

 

Extraits

Copyright 2018

tous droits réservés